Paris, Colloque

Convergencia
convergencia-clf.org

Du 28 au 29 septembre

Pour plus d’informations : clf.colloque2019@gmail.com

Paris, Colloque

Dimensions de la psychanalyse
dimpsy@wanadoo.fr

les 5 et 6 octobre 2019

Poésie et poétique de la psychanalyse
(Structure du poème, fonction de la poétique)

« […] je ne suis pas un poète, mais un poème. »
J. Lacan, Autres écrits, p. 572.

« Et qui s’écrit, malgré qu’il ait l’air d’être sujet » (ibid.).

Comme la psychanalyse, la poésie met en jeu la parole (y compris dans l’écrit). Elle valorise le sens contre la signification, le rythme contre la répétitivité, le sujet contre l’objet. Par la parole elle construit et déconstruit le monde, l’Autre, la langue. C’est ce que ce colloque cherchera à mettre en évidence.
On pourra soutenir, par exemple, que « lalangue » participe de cette poétique. En particulier la structure de la nomination participe de la syntaxe constituante du réel que la poésie cherche à faire bouger. Ce sera en particulier une interrogation sur l’écriture.
On ne peut que valider le principe poétique de la psychanalyse, car il répond au processus primaire opérant en tant qu’inconscient. Aussi s’agit-il moins de décortiquer la signifiance que d’admettre de se laisser porter par la parole que véhicule la poésie comme tenant du système de tierce personne par quoi le sujet se hisse au niveau de l’Autre et, ce faisant, de l’Un, en une sé-paration telle que le sujet se rend tributaire des signifiants qu’il met en place pour en dépendre, réversivement.
Par là la poésie est spécifique du sujet qu’elle instaure en construisant des réels valides pour celui-ci.

R.L.

Programme

Publication, La civilisation contre la culture

Vient de paraître

La civilisation contre la culture

René Lew

Avec des contributions de
Jacques Laberge, Anabel Salafia et Isidoro Vegh

© Lysimaque, 2019.
ISSN 2608-421X
ISBN 978-2-906419-29-2
21 cm x 14,8 cm. 716 pp.
30 €. PAF : 5 €.

On pâtit de la confusion entre civilisation et culture ― traductions françaises de Freud à l’appui. La civilisation qu’on connaît s’est étendue à l’ensemble du monde, y compris de manière factice (en laissant en plan l’intension de la fonction qui y fait appel) : elle est généraliste, sinon universelle, fondée de l’expansion du recours à la plus-value, elle-même fondée sur l’exploitation actuellement néolibérale de la force de travail. La culture par contre est particulière, tant liée à l’individualité qu’à la géographie ou l’ethnique, sinon le communautaire. La première globalise les masses, la seconde insère tout un chacun dans un collectif. C’est d’une autre logique qu’il s’agit.
Aussi Freud en vient-il, pour en spécifier le malaise, à distinguer le tout et l’un. C’est cette topologie qu’on peut lire dans le livre qu’il consacre à cette question. Cela s’entend particulièrement si l’on prend le malaise pour l’impact de la civilisation sur la culture.
C’est ce que cet ouvrage vise à mettre en évidence.

Bon de commande

Pour toute commande, veuillez vous adresser à la Lysimaque
lysimaque@wanadoo.fr
7 bd de Denain, 75010 Paris

Paris, Conférences

Lysimaque
7 bd de Denain, 75010 Paris
01 45 48 87 04

Lysimaque 2019-2020
Conférences et colloques

AEPP : 4 rue Titon, 75011 Paris
IPT : 83 Bd Arago, 75014 Paris
ASIEM : 6 rue Albert de Lapparent, 75007 Paris