Acte Psychanalytique – Les journées du séminaire – Formalisation, radicalisation, transparence, théorisation

Acte Psychanalytique
Pierre Smet
+32/(0)476 33 29 39
Peter Dyck
+32/(0)497 51 76 84

Bruxelles
les samedi 24 et dimanche 25 mars 2018

Les journées du séminaire
Formalisation, radicalisation, transparence, théorisation

Dans notre association ― Acte Psychanalytique ― se retrouvent des différences tant dans les approches, que dans les discours ou les termes choisis. Cela fait partie des fondements de notre association qu’il puisse y avoir une place pour ces différences. Force est cependant de constater qu’il existe parfois de fortes tensions entre les tenants de ces différentes approches. Comment continuer dans cette perspective à poursuivre un travail analytique ? Et qu’est-ce qu’un travail analytique à ce propos ? En quoi cela vient-il éclairer ce que sont les fondements de la psychanalyse ?
Actuellement nous retrouvons principalement quatre thématiques : la formalisation, la radicalisation, la transparence, la théorisation.
Le premier thème porte sur la formalisation. Depuis plusieurs années nous nous sommes en effet engagés dans un travail de lecture chronologique des séminaires de Lacan. Nous en sommes arrivés au séminaire concernant La logique du fantasme. À ce propos une nouvelle fois c’est la logique qui va être utilisée par Lacan pour rendre compte du fantasme. Nous retrouvons là la question de la formalisation et de l’usage de la logique dans la psychanalyse et plus largement celle de la théorisation et en particulier le débat récurrent du lien entre la théorie, la pratique et la clinique. Loin d’être dépassé ce débat demeure présent et continue à susciter des controverses houleuses.
Nous constatons par ailleurs que d’autres associations ― en particulier la Lysimaque et Dimensions de la psychanalyse ― travaillent sur des questions proches. La lecture de J.-Y. Girard ― en particulier de son ouvrage Le fantôme de la transparence ― nous amène à réinterroger sur ce qu’il en est de la réalité, de l’existence et de la perception à partir tant de l’expérience que de la connaissance. Ici également c’est la logique qui est interrogée dans ce que Girard nomme « les limbes de la raison ».
Enfin il nous faut tenir compte de la situation actuelle de la Belgique et en particulier des événements dits être liés au radicalisme. Plusieurs psychanalystes se sont prononcés sur ces événements et sur les auteurs des attentats. Portraits type, logiques de toutes sortes sont évoqués, mais ils semblent bien insatisfaisants et finalement il y a souvent recours à la « complexité » des situations, mais cette notion elle-même demeure peu explicitée.
Nos prochaines journées porteront donc sur ces différentes thématiques pour en saisir tant ce qui fait leur particularité que leur inscription dans l’actuel.

Lieu
Le Sas, 85 rue de la Marne, 1140, Bruxelles, Belgique.
Téléphoner pour connaître le programme et les horaires.

Comments are Disabled