Après-midi des passes extra-associatives le 19 novembre 2017

à Paris
Le dimanche 19 novembre 2017

Après-midi des passes extra-associatives

Toutes les associations qui soutiennent les passes extra-associatives y sont conviées, ainsi que toute personne intéressée. Nous poursuivrons nos échanges autour des thèmes abordés en avril 2016 et janvier 2017 : la topologie asphérique et la logique temporelle que la passe, saisie réelle de la parole connotée de sa raison d’évidement, détermine.

Le 8 mai 1974, Jacques Lacan adressa personnellement une note à ceux qui étaient susceptibles de désigner les passeurs : « … la fin d’une analyse peut n’avoir fait qu’un fonctionnaire du discours analytique. C’est maintenant souvent le cas. Le fonctionnaire n’est pas pour autant indigne de la passe, où il témoignerait de ses premiers pas dans la fonction : c’est ce que j’essaie de recueillir. »
Épreuve extérieure à toute institution préexistante ou à venir, la passe, supplément d’acte, est le lieu de ressaisie de la récursivité. S’y transmet la béance dont se détermine le sujet de l’inconscient. En effet, la parole de chacun le nomme au poste de structure qu’il met en oeuvre : aucune garantie de savoir, ni de contenu transmissible ou cumulable, pas de statut, de titre, de titulaire, encore moins de fonctionnaire.

C’est la fonction de la parole qui ne cesse de « resignificantiser » l’objet produit en fin de cure. Autrement dit, il s’agit de faire passer ce qui reste entendu de cet objet transformé, évidé de tout savoir constitué, de tout savoir prédicatif et sphérique.
La passe maintient le non-rapport comme manque mais son organisation pratique crée parfois l’illusion d’un semblant de nomination qui fixe la structure de tierce personne où chacun logiquement se laisse porter par ce qui lui vient. Le décalage nécessaire n’opère plus. Nous essaierons d’analyser en quoi, par exemple, la structure de la chaîne borroméenne généralisée, utilisée par Lacan à la fin des années 70, est peut-être l’un des modes de schématisation qui subvertit l’organisation ternaire des échanges et amène à valider un acte collectif comme sujet de l’individuel.

Interventions

― Jean-Michel Mack : « ablata causa tollitur effectus »
― Patricia León : La passe : la vraie et la fausse surprise
― Thierry Beaujin : Passe multiple
― Abdou Belkacem : Le jeu de l’Un-passe
― René Lew : Sur le fonctionnement des passes extra et leur passementerie : passement et dépassement

Les propositions d’intervention sont à adresser à
Jean-Michel Mack, tél. : 03 88 23 20 60, jm.mack@wanadoo.fr

Lieu, horaires
Institut protestant de Théologie, 83 bd Arago, 75014 Paris, de 14h à 18h.
Accès libre.

Comments are Disabled