Paris, Séminaire Abdou Belkacem

Abdou Belkacem
belkacemabdou@gmail.com

Bien entendu !

Du malentendu nécessaire dans l’échange de la parole peut émerger dans un après coup, et comme une évidence, un « Bien entendu! » qui déjà nous échappe.


Dans ce séminaire, nous aborderons l’inconscient structuré comme un langage sous l’angle de la fonction qu’est la voix et son objet dit oral. Lacan écrit dans « L’étourdit » : « Oraculaire, ce qui ne surprend pas de ce que nous savons lier d’oral à la voix, du déplacement sexuel »(1). Aussi, il s’agira de parler de ce déplacement ou mouvement sexuel à travers des praticables tels que la poésie, la musique et la psychanalyse.
Nous débuterons par le silence et comment il s’écrit. Parle-t-on du même entre deux sons dans une musique, un poème ou une cure analytique?
Tout est affaire de discours. Lacan dit « Le fondement même du discours interhumain est le malentendu »(2). Nous n’avons affaire qu’à ça !
C’est pourquoi nous réduirons notre propos à deux formes particulières de malentendu, le malentendu amoureux et celui du transfert. Et d’aucun d’entre eux deux ne se passe du corps avec « toutes ses facettes »(3) et notamment l’incorporation. De là, pourquoi ne pas en espérer un exploit ? « Quant à la psychanalyse, son exploit, c’est d’exploiter le malentendu. »(4)

(1) J. Lacan, « L’étourdit », Autres écrits, Seuil, p. 480.
(2) J. Lacan, Les psychoses, Seuil, p.184.
(3) R. Lew, Logique du corps et de la motilité, Lysimaque, p.63.
(4) J. Lacan, « Le malentendu », Ornicar ? n° 22-23, p. 12.

Dates, horaire, lieu
Rythme mensuel à partir d’octobre 2018, le mardi soir.
Dates, horaires et lieu seront communiqués plus tard.
Inscription possible par mail (belkacemabdou@gmail.com).

Comments are Disabled