Publication, Poésie et psychanalyse

Lysimaque
Cahiers de lectures freudiennes

Vient de paraître

Poésie et psychanalyse

Enrique Tenenbaum
René Lew

ISSN 2609-0880. ISBN 978-2-906419-32-2
21 cm x 14,8 cm. 664 pp. 30 €. PAF : 5 €.


Pour toute commande,
veuillez vous adresser à la Lysimaque :
lysimaque@wanadoo.fr
7 bd de Denain, 75010 Paris
Bon de commande téléchargeable

La psychanalyse s’établit sur une règle unique, l’association libre. Même si c’est là un oxymore. Sous cet angle du paradoxe, de l’inattendu et de ce qui s’impose semble-t-il librement, une parenté existe entre psychanalyse et poésie, en relation avec le signifiant.

Les questions de la résonance pulsionnelle du signifiant dans le corps, de la finalité d’une cure psychanalytique uniquement constituée de l’exercice de la parole et de l’émergence d’un signifiant éventuellement nouveau sont autant de questions poétiques, mais aussi politiques, telles qu’elles ne peuvent être posées et résolues que par un sujet. Tous les problèmes d’ordre clinique demandent à être ainsi abordés par un tel lien de la psychanalyse et de la poésie.

Plus largement, la relation du poète avec son époque et avec le travail de la langue retrouve en effet le sujet de la psychanalyse dans ses avancées énonciatives, mais aussi à propos de l’impossible à dire ou de traduire, comme vis-à-vis de la contingence du futur, liant la langue à la jouissance. Le traduisible et le transmissible sont particulièrement liés avec le nom, la nomination, et même l’innommable.

Les tentatives de destruction exercée aussi sur les langues aux époques des exterminations de masse, anéantissant les gens eux-mêmes, après avoir annulé leurs actions et leurs désirs, ont fondamentalement cherché à effacer leurs noms et leurs discours, et a contrario le maintien coûte que coûte de la poésie au profit d’une régénération des langues par ces victimes comme par d’autres recoupe ce qu’une psychanalyse peut susciter d’interrogation et de travail libidinal dans la sphère politique pour en changer la logique, en étant antinomique avec celle-ci si elle se contente de son classicisme, donc pour réactiver pulsions, désirs et jouissances.

Sommaire

Avant-propos
Présentation
I. Poésie et psychanalyse, une association illicite
Enrique Tenenbaum
II. Poésie et vérité de la psychanalyse
René Lew
III. Textes annexes
René Lew
IV. Textes du colloque de Dimensions de la psychanalyse
Enrique Tenenbaum
René Lew
Addendum. Définitions de la récursivité
Glossaire

Tables des matières

I. Poésie et psychanalyse, une association illicite
Enrique Tenenbaum
        Traduit de l’espagnol par Ana-Claudia Delgado et René Lew
Préface
Chapitre 1 : Du rythme dans la pratique de la langue
Du rythme dans la pratique de la langue
Le rythme Freud, l’accent Freud
Le rythme n’a pas toujours été une question de métrique
L’expulsion des poètes
Celui qui marche sur la tête a le ciel en abîme sous lui
Je et Tu
Fugue et contrepoint
Chapitre 2 : Se-traduire
Se-traduire
Irrespectueuse poésie
Quid de la tempe, la langue
À la délicate urgence de la rosée
Lettres
Il y a un lieu que je connais
Et pleurera sur les tuiles un oiseau sauvage
Il s’appelle Le même qui souffre le noM
Trilce
Traduire l’intraduisible ?
Le goût pour la langue
Traduction en fugue
Chapitre 3 : Pas tout est poème dans la psychanalyse
Pas tout est poème dans la psychanalyse
Pas poate assez
Agent de poésie
Nomina sunt consequencia rebus
Stabitat
La langue persiste

II. Poésie et vérité de la psychanalyse
René Lew
Avant-propos : Principes de lecture
1. Le schéma borro-projectif du poétique
2. La récursivité de la parole dans le poétique et son inventivité
Introduction :
Poésie et vérité de la psychanalyse
Chapitre 1 : Préalables
1.1. Poésie et rhétorique de l’inconscient
1.2. Poésie, syntaxe et écriture
1.3. L’équivoque
1.4. L’invention signifiante
1.5. Dérive et dérivation dans lalangue
Chapitre 2 : Le rythme
2.1. Métapsychologie du rythme
2.2. Le rythme et la métrique
Chapitre 3 : Lalangue (comme) poétique
Chapitre 4 : Traduire
4.1. Traduire via la tierce personne
4.2. Traduire d’un versant local à l’autre
4.3. Traduire de dérive en dérivation
4.4. Traduire de sinthome en symptômes
4.5. La logique du se-traduire
4.6. Se-traduire en jouissance
4.7. Traduire le sujet dans le collectif : politique du traduire, poétique du traduire
Chapitre 5 : Représentance vs représentation
Chapitre 6 : La poésie pèse sur le réel :
nomina non sunt consequentia rerum
6.1. Peser sur le réel
6.2. Nominalisme ou non
Conclusion

III. Textes annexes
1. Annonce du séminaire de René Lew en 2018 – 2019
2. Argument du colloque de Dimensions de la psychanalyse enoctobre 2019
Complément : Il faut l’faux
                 par Frédéric Dahan
      3. Quelques pages annexes écrites par René Lew au cours de ce travail sur la poétique
Complément : Remarques à René Lew
par Thierry Beaujin
         Réponse à la première remarque de Thierry Beaujin

IV. Textes du colloque de Dimensions de la psychanalyse
1. Un caso de poesía contrario a la teoría psicoanalítica
Enrique Tenenbaum
         Los niños y la poesía
La poesía, el poema y los niños
El canto es el que canta
Un acontecimiento en el cuerpo de la lengua
Un cas de poésie contraire à la théorie psychanalytique
Enrique Tenenbaum
         La poésie, le poème et les enfants
C’est le chant qui chante
2. Schématisme, architectonique et/ou esthétique
René Lew
         Complément : La poésie comme pratique discursive du templet

Comments are Disabled