Marseille, Séminaire

Bernard Hubert (06.46.46.86.54)
hb.hubert.bernard@free.fr
Paul Scalzo (04 42 45 30 71)
paul.scalzo@orange.fr

Joyce le sinthome

séminaire de René Lew
du 19 au 23 avril 2021

Une pratique directe de lalangue et du dire entraîne James Joyce dans une fuite en avant de l’écrit au profit d’une mise en exergue de la signifiance dont signifiant et signifié tirent leur commune substance évidée, c’est-à-dire une substance suivant un trajet de vide, de faille, de manque, mais aussi de bord(s), de littoral, et de coupure. Un tel trajet mêle fonctions et éléments saturants sur le mode imprédicatif d’une saturation par le vide sans plus.
C’est dire que rien de tout cela n’importe s’il consiste dans un essentialisme du singulier. Cependant ce n’est pas à l’universel qu’il s’agit de passer, mais au pluriel des particularités. Autrement dit le singulier du non-rapport appelle son prolongement dans des rapports pluriels (d’où Ulysses et les pérégrinations de Bloom). De là le signifiant n’émerge du flux de signifiance que sous des rapports qu’un sujet représente, marqué des symptômes qui le caractérisent en

tant qu’il n’est qu’un faire-valoir fluctuant de la contingence de sa position dans la structure signifiante, à la fois idéale, objectale, et dès lors narcissique — non sans décalages vis-à-vis de ce que cette architectonique implique de normes conceptuelles, elles-mêmes pulsatiles.
Je soutiendrai que Joyce cherche — réussit-il ? — à spécifier le monde, en tant que déjà monde de langage, comme un monde clivé, et oscillatoire, au même titre que lui-même. Et ce clivage déplie, alors en réseau, la signifiance comme flux, mais surtout comme une densification du vide récursif (hypothétique et conditionnel irréel, d’où Finnigans Wake) que met en scène la recherche du Père. Lacan suit ce même trajet dans son séminaire sur Le sinthome. Sur cette lancée, nous aurons à en lire le texte établi.

Mais surtout je propose un bref parcours des questions de Joyce émanant de ses ouvrages — j’en donne la démarche sous forme de synopsis.
1. Sinthome/symptôme : topologie du sinthome et littoralité ; l’en-je
du séminaire de Lacan. Quels nœuds ?
2. Finnigans Wake : Joyce le littoral. Quelles rives ?
3. Ulysses : Calypso et les modes de compactification du vide. Quel
type de trouage ?
4. Ulysses : Circé et la compactification des choses par le vide. Quels objets ?
5. Joyce la culture
A Portrait of the artist as a young man : la civilisation contre le sujet.
The Dubliners : pratique de la théorie (de la théorie de lalangue).

René Lew

Bibliographie

— James Joyce : ouvrages cités.
— Sur l’écriture de Joyce :
— Jacques Lacan : Le sinthome.
— Marc Lachièze-Rey, Les avatars du vide, Le Pommier.
— René Lew : — L’émergence de la fonction en symptôme, Lysimaque, 2019.
La civilisation contre la culture, Lysimaque, 2019.
Pulsion de mort et pulsion de destruction, Lysimaque, 2019.

Dates, horaires, lieu, inscription
Du 19 au 23 avril 2021 inclus, de 21h à 23h00,
dans les locaux de l’ADTFA, 39 rue Paradis, 13001 Marseille.
Accès libre, mais sur inscription auprès de Bernard Hubert ou de Paul Scalzo.

Comments are Disabled