Posts in Category: Conférences

Paris, Conférences

Lysimaque
7 bd de Denain, 75010 Paris
01 45 48 87 04

année 2019-2020
Conférences du samedi

Topologie
Structure topologique du chaos et entanglement

Lier le chaos aux modes d’embrouillamini des réseaux signifiants est essentiel. Mais les tangles sont à prendre aussi pour des modes de « peignage » du mêli-mêlo en termes de nœud.

Paris, Conférences

Lysimaque
7 bd de Denain, 75010 Paris
01 45 48 87 04

année 2019-2020
Conférences du samedi

Nomologie
Le chaos en politique, droit, criminologie

Avons-nous à discuter du chaos dans les actes (juridiques, judiciaires, politiques, criminels…) ou du chaos dans les théories ? Cela soulève la question des effets d’un chaos qui pour le moins s’assure de la signifiance. Rappelons simplement ici que Freud fonde l’Histoire sur le meurtre du Père primordial. Dès lors quel est le lien du chaos avec les fonctions signifiantes, les positions subjectives (d’abord narcissiques), les idéaux et les objets ?

Lille, Conférences

AECF Lille (Association d’études de la chose freudienne
et de la logique de l’inconscient)
6, rue Henry-Bossut, 59100 Roubaix, tél. / fax : 03 20 47 26 34
Site : http://aecf-lille.com
courriel : sec.aecf@gmail.com

Les autismes

Orwell nous avait mis la puce à l’oreille : les leçons de l’Histoire seraient effacées derrière une novlangue.

Les classifications diagnostiques regorgent de cette novlangue, notamment avec ce vocable : « autisme ». Usé de diverses façons, par les différents auteurs des diverses classifications, par les politiciens, par les parents de ceux que l’on dit désormais usagers, il recouvre une pluralité de réalités ainsi indifférenciées sous ce seul et même terme : l’autisme.

Certains se seront essayés à le pluraliser via quelques inventions taxonomiques telles que : « troubles envahissants du développement » ou « troubles du spectre autistique », invitant à l’usage d’autant d’anagrammes (TED, TSA) freinant l’élaboration des discours autour de ceux qui en parlent si peu : les « autistes » eux-mêmes.

Aujourd’hui, la dite « Haute Autorité de Santé » (HAS) induit l’usage systématique du vocable de « Troubles du neuro- développement », y incluant d’emblée les fameux troubles autistiques. Autant dire qu’il ne s’agit plus tant de mettre en question la relation à ces sujets si dérangeants pour le corpus social, que de les en désigner exclus, du fait de leur constitution (neuronale, génétique ou autre).

Force est de constater, qu’auront été commises bien des absurdités avec ces « autistes » au nom de la psychanalyse. Ce fut notamment de considérer que tous ceux qui présentaient une forme marquée d’auto-érotisme présentaient alors une structure psychotique et que cela signifiait que la mère n’avait pas fait place à la fonction paternelle. Raisonnement simpliste aux conséquences désastreuses. À ces parents qui souffrent de vivre avec un enfant qui crie, qui se tape, qui pisse sur les murs, on aurait répondu : « C’est de votre faute ».

La question n’est-elle pas plutôt de soutenir chez ceux qui sont affectés de troubles relationnels massifs, suscitant l’isolement et l’exclusion des autres, une subjectivité qui vaille la peine d’être vécue ?

Que des psychanalystes se positionnent, non plus comme psychiatres, mais comme partisans de cette psychanalyse profane qui soutient l’existence du sujet (de l’inconscient), que celui-ci soit né avec ou sans tel ou tel attribut !… Puisque ce sont ces différences (avec ou sans) qui participent de l’angoisse de castration dont Freud a fait un repère essentiel de la structure psychique, laquelle ne saurait fonctionner autrement que dialectiquement.

Ainsi, en arriverons-nous à interroger des psychanalystes sur la fonction de l’Autre et de son désir pour ceux que l’on dit « autistes ».

Programme

28 septembre : Adrien Lefebvre

9 novembre : Benoît Laurie

14 décembre : 
Dominique Guévenoux

18 janvier : René Lew, 
L’eugénisme de l’approche neuro-développementale de l’autisme (1)

Signifiance et épigénétique vont contre le tout génétique, y compris quand le débat entre génétique et inconscient est d’emblée piégé, car, pour ou contre, on s’avère embrigadé dans le champ de l’eugénisme.

8 février : Jeanne Lafont

Je voudrais poser une question au discours scientifique sur son incapacité à accepter le délire des mères

7 mars : René Lew, L’eugénisme de l’approche neuro-développementale de l’autisme (2)

Une définition du bien à tout prix, comme le conçoit l’idéologie dominante, assure la pérennisation du syndrome autistique, quelle que soit la raison de s’y inscrire pour un sujet.

4 avril : Amîn Hadj-Mouri, Autismes: tentatives totalitaires d’exclusion du sujet ?

30 mai : Maryan Benmansour, Fernand Deligny et la politique de l’autisme

8 Juin : Aurélien Bouvier, Le corps en psychanalyse

Dates, horaires, lieu
Un samedi par mois,
de 14h30 à 16h30,
La Coroutine, 8 rue Molière, à Lille.