Les passes hors associations – Praticable

La passe
En référence à la Proposition du 9 octobre 1967, de Jacques Lacan, la passe consiste : 1° dans le fait que le passant parle à deux passeurs, 2° dans le témoignage apporté ensuite par chaque passeur devant un jury, 3° dans le retour de ce jury vers le passant, ici par le truchement d’un rapporteur du jury et d’un représentant de cette passe.

Chacun de ces intervenants fait valoir, à sa façon, une fonction de parole, mais moins comme propriété du passant qu’en tant qu’à chacun de ces moments c’est sur le mode dit de « la tierce personne » que cette fonction de parole structure l’échange entre eux.

Un secrétaire est chargé de recevoir les postulants, ainsi que les noms des passeurs potentiels et des membres potentiels du jury.

Le passant
En fonction du moment particulier où sa cure l’a conduit, il se manifeste auprès du secrétaire pour s’engager dans la passe.

Les passeurs

Ils sont deux pour chaque passe, afin d’échapper au modèle de la cure. Un passeur est désigné par son psychanalyste (ou même par son éventuel contrôleur), en dehors de toute question d’affiliation associative. Cependant, cette désignation n’interviendra qu’après l’engagement de celui qui désigne, dans une procédure lui permettant d’éclairer une décision dont il garde l’entière responsabilité. Il s’agira pour lui de travailler les raisons de son choix de désignation, ce au sein d’un cartel, dit de désignation, et selon la procédure suivante, requise à tout coup :

1. Dans un premier temps, le désignant choisit deux autres analystes, d’où qu’ils viennent, et leur parle séparément des raisons qui, dans la cure dont il s’agit, l’induisent à penser que tel sujet est dans la passe et peut à ce titre être désigné passeur.

2. Ces deux analystes se rencontrent et choisissent à leur tour librement deux autres analystes pour discuter des éléments qu’il leur a fait connaître, ce qui constitue le deuxième temps.

3. Afin de travailler la question, ces quatre psychanalystes se réunissent dans un troisième temps, en cartel, avec celui dont l’analysant pourrait être désigné passeur. S’il maintient sa décision, le psychanalyste qui désigne un passeur communique alors le nom de celui-ci au secrétariat de la passe, non sans spécifier avec quels analystes lui-même a travaillé. Le déploiement dans le temps d’une telle procédure ne devra pas excéder un mois.

Le jury
Chaque psychanalyste qui souhaite participer à un jury s’oblige à passer par la procédure susdite, pour rejoindre le jury potentiel, au sein duquel sera tiré au sort le jury effectif de chaque passe. Ce jury comportera à chaque fois cinq membres dont quatre appelés à décider ― plus un rapporteur. Un représentant, tiré au sort aussi, est adjoint au rapporteur pour lui servir d’adresse extérieure au jury proprement dit. Le passant connaît l’identité du représentant de sa passe, mais pas spécifiquement celle du rapporteur. Un travail de cartel est attendu de ce jury.

Le rapporteur
Chaque psychanalyste qui souhaite participer à un jury s’oblige à passer par la procédure susdite, pour rejoindre le jury potentiel, au sein duquel sera tiré au sort le jury effectif de chaque passe. Ce jury comportera à chaque fois cinq membres dont quatre appelés à décider ― plus un rapporteur. Un représentant, tiré au sort aussi, est adjoint au rapporteur pour lui servir d’adresse extérieure au jury proprement dit. Le passant connaît l’identité du représentant de sa passe, mais pas spécifiquement celle du rapporteur. Un travail de cartel est attendu de ce jury.

Le représentant
Il n’assiste pas au témoignage des passeurs ni aux délibérations du jury, mais sert d’adresse aux membres du jury par l’intermédiaire du rapporteur. C’est par lui qu’est transmis au passant le résultat de sa passe.

Il peut intervenir par contrecoup sur les décisions adoptées, ne serait-ce qu’en fonction de la position extérieure qu’il occupe. Reste que le jury décide non seulement du contenu mais aussi du mode de réponse.

Le secrétaire
Un secrétaire des passes est choisi parmi les jurés potentiels et par eux, sur sa candidature, et selon le mode qui leur conviendra, pour trois ans. Devenu par là extérieur au jury potentiel, ce secrétaire recueille le nom de ses membres, et le nom des passeurs.
Le passant s’adresse au secrétaire pour tirer au sort :
– d’abord : des passeurs ;
– puis, dans un deuxième temps, après son travail avec eux : un jury, au sein du jury potentiel ;
– et enfin : un représentant, qui recevra du rapporteur les éléments mis en jeu dans la passe en question.
Il incombe également au secrétaire d’organiser une fois l’an une journée de travail sur la passe avec les associations et les personnes soutenant cette passe extra-associative, afin que l’expérience recueillable auprès des passants, passeurs, membres des jurys, et représentants de passe soit répercutée vers la communauté analytique.
En outre, le secrétaire aura le soin d’agencer un espace de parole sur la passe, où l’on ait loisir de produire, oralement ou par écrit, une réflexion, quelle qu’elle soit, sur les passes.

Fonctionnement
Comme il est dit plus haut, de la liste des passeurs recueillie par le secrétaire, deux passeurs sont tirés au sort par le passant. Une fois accompli son travail avec chacun d’eux séparément, il tire au sort, toujours auprès du secrétaire, un jury de cinq personnes et un représentant. Le passant peut récuser le choix du sort, pour les passeurs comme pour les jurés.
Les passeurs en question ne sont désignés que pour une durée limitée et ne peuvent être tirés au sort que trois fois. De même, les membres du jury potentiel ne seront tirés au sort que pour trois passes et ne feront partie du jury potentiel que durant trois ans. Un délai de trois ans est aussi requis avant qu’un membre sortant du jury potentiel puisse y revenir.
Chaque jury écoute à sa façon les passeurs l’un après l’autre ; puis, il rend compte de son appréciation au passant, en lui donnant une réponse conclusive et étayée, sur un mode qu’il choisit, utilisant le rapporteur et le représentant. Ce dernier n’aura assisté ni aux témoignages directs des passeurs ni aux discussions du jury. Il aura été mis en relation avec cette passe par le seul truchement du rapporteur.
Cette procédure n’aboutit à aucune nomination, sinon à celle des éventuelles surprises dont la passe en question aura été l’occasion. Il ne sera donné aucune publicité au résultat des passes.

Ce dispositif sera revu tous les trois ans, selon les indications issues des travaux des jurys et selon ce qui ressortira des journées de travail. Il va de soi que toute association ou personne qui aura rejoint ce réseau peut participer à la révision du dispositif, en formulant des propositions et des critiques qui prendront effet une fois agréées par l’ensemble des associations et des personnes soutenant ces passes hors associations.

Texte revu le 10 avril 2016