Les passes hors associations – Principes

Dans notre époque d’évaluations à tout crin, il importe de revenir à la responsabilité de chacun. C’est en quoi nous défendons le principe lacanien de base que « le psychanalyste ne s’autorise que de lui-même », sans ajout qui voile sa radicalité.

Le praticable de passe décrit ici vise, ni plus ni moins, à faciliter le moment de la passe en cherchant à le soustraire à toute dérive ou dévoiement par où l’évaluation rejoindrait la maîtrise. Ce praticable n’empêche en rien des passes sans dispositif construit d’exister. Car les passes sont les lieux politiques de la laïcité de la psychanalyse.

L’acte psychanalytique, l’Association d’études de la chose freudienne et de la logique de l’inconscient, et Dimensions de la psychanalyse proposent un fonctionnement de passe extra-associative à toutes les associations qui, comme ces premières, accepteraient de se départir de la maîtrise des passes. Une telle passe hors associations institue ainsi par elle-même la psychanalyse sans être pour autant constituée en association. C’est là un mode soutenable de dissoudre les transferts organisant les associations existantes.

*

Les passes extra-associatives dont voici les principes ― seules passes de ce type existant en dehors du marché des passes ― sont à l’oeuvre grâce au soutien des associations qui ont été non seulement parties prenantes de leur élaboration mais aussi à l’origine de leur mise en place en dehors de toute politique associative.

*

Il est donc proposé, à chacun de ceux qui de leur place individuelle sont pris dans le discours psychanalytique, une passe extérieure aux associations, et dans l’esprit de la Proposition de Lacan, avec, comme cadre de fonctionnement, le dispositif décrit un peu plus loin.

Pour faire produire à la passe ce qu’elle recèle de possibilités, mieux vaut la laisser parler par elle-même. Voilà ce qui nous apparaît. Dans cet esprit, il importe de la préserver, comme on le fait pour la cure, d’une institutionnalisation qui pourrait se retourner contre elle, en en faisant un enjeu d’association. C’est ici plutôt une pratique de réseau (concept congruent
à celui de signifiant) qui peut étayer le fonctionnement d’une passe située hors point de vue.

En revanche, nous comptons sur ces passes pour l’institution de la psychanalyse, à juste distance de tout effet de groupe. Requérir le soutien des associations de psychanalystes n’est donc pas antinomique avec cette visée, pourvu qu’elles y travaillent à autre chose qu’à leur simple pérennisation. Quant à ce soutien nous sommes sans exclusive. Mais cette passe hors associations ne saurait, par définition, appartenir ni à l’une d’elles ni à leur conjonction. Obtenir leur soutien est la limite de notre souhait. Le réseau minimal déjà formé par les associations qui soutiennent cette initiative pourra s’ouvrir, selon sa visée même : soit à d’autres associations, soit à d’autres personnes, qui voudraient la soutenir aussi, notamment : à tout psychanalyste disposé à désigner un passeur, ou à participer à un jury, et, a fortiori, à tout psychanalysant souhaitant se présenter à la passe.

Le dispositif que nous proposons est, bien entendu, à retravailler d’étape en étape, chose que nous ferons aussi avec chaque élément nouveau de ce réseau, — personnes ou associations nouvelles venant en soutenir le principe, — et selon un mode à définir dans l’esprit de ce dispositif.

Cependant une transformation des règles mêmes du fonctionnement ne pourra être envisagée qu’un certain temps après une relance effective de ces passes extra-associatives.

Le 10 avril 2016

Le secrétariat est actuellement assuré par
Jean-Michel Mack
jm.mack@wanadoo.fr
03 88 23 20 60