Posts Tagged: Enrique Tenenbaum

Publication, Poésie et psychanalyse

Lysimaque
Cahiers de lectures freudiennes

Vient de paraître

Poésie et psychanalyse

Enrique Tenenbaum
René Lew

ISSN 2609-0880. ISBN 978-2-906419-32-2
21 cm x 14,8 cm. 664 pp. 30 €. PAF : 5 €.


Pour toute commande,
veuillez vous adresser à la Lysimaque :
lysimaque@wanadoo.fr
7 bd de Denain, 75010 Paris
Bon de commande téléchargeable

Buenos Aires, Séminaire

Trilce
Enrique Tenenbaum
+5491144910237
enriten@icloud.com

L’analyste dans l´étoffe du transfert

Nous partons de deux indications de Lacan concernant la transmission de la psychanalyse, prises pour encadrer le début d’une nouvelle année de ce séminaire de formation des analystes à Trilce / Buenos Aires.
La première indication est devenue un aphorisme : l’analyste est au moins deux, celui qui produit des effets et celui qui les théorise.
La seconde est celle qui dit qu’entre ce que le sujet inconscient apprend à lire et ce que l’analyste écrit à ce sujet, il n’y a pas de relation.
Ainsi, le passage des effets à la théorie et à l’écriture porte sur lui-même la non-relation, nous maintenons donc que c’est une pratique nécessairement continue : il n’y a pas de fin — ni d’exhaustivité — des écrits ; alors chaque analyste doit réinventer la psychanalyse en mettant en jeu ce passage — des effets aux écrits — tâche qui constitue le travail du schéma scripturaire de chacun.
Le terme « étoffe » a des résonances très différentes dans notre langue que dans les utilisations que Lacan en a faites. C’est donc un terme inconfortable ; nous aurions pu en choisir un autre, comme trame, ou tissage, qui sont les significations les plus communes qu’il y a en français. Mais étoffe se réfère aussi au concept de classe, et en cela ils relient les significations qu’il a dans les deux langues. En espagnol, il est souvent utilisé sous une forme péjorative, l´étoffe bas ou la mauvaise réputation, qui n’est pas à dédaigner, en tenant compte de la place à laquelle l’analyste est pris dans certains transferts.
Dans la langue française il est également utilisé pour se référer aux conditions intellectuelles et morales d’une personne — le tissu — au fond ou au cœur d’une question, le sujet et même la question — ce qui est historiquement la première utilisation. Apparemment, le terme vient d’un mot germanique, qui se réfère au remplissage des tissus, le tissage, ou la broderie qui donne un relief aux tissus, une utilisation qui se conserve encore aujourd’hui dans notre langue.
Notre ragoût (en espagnol « estofado »), une longue délicatesse de cuisson, par contre, vient de poêle, la chaleur. Méfait commun qui pourrait bien glisser dans un autre assaisonnement : l’analyste dans sa sauce.
Lacan se réfère à l´étoffe dans certains —peu — cas : la réalité du désir où il compte « une seule et même étoffe qui a un avers et un endroit, cette étoffe est tissée de telle manière qu’elle est passée sans le remarquer (puisqu’elle n’est pas coupée et sans couture) des uns aux autres visages ». L´étoffe du nœud, occasion de jouer avec montrer la corde et montrer le fil ; à une autre occasion, il suggère que pour considérer ce qui est de l´étoffe du sujet il est approprié d’utiliser la logique. Il utilise également le terme pour souligner la pâte (étoffe) de la métaphore : « la pensée fait la matière ».

L’un des tissus étoffés est la broderie. Lacan se réfère à elle pour souligner que le réel n’est lié à rien : « le réel est un trognon… autour duquel la pensée brode », mais la stigmatisation de ce réel, c’est de ne se lier à rien, et il ajoute immédiatement : « J’essaie de leur donner un bout de réel… et je leur dis qu’il n’y a pas de relation sexuelle, mais c’est de la broderie, c’est de la broderie parce qu’elle participe par oui ou par non. Et tant qu’elle participe au oui ou au non, elle est déjà ligature : à partir du moment où je dis « il n’y a pas », c’est déjà suspect, il est soupçonné de ne pas être un vrai bout, parce que la stigmatisation du réel est de ne pas se lier avec quoi que ce soit. »
Cette façon de mettre en jeu l’écriture de l’analyste, comme la broderie sur le tissu des effets des transferts, suggère que cette broderie est celle qui permet de passer — tout en marquant la limite des possibilités de ce passage — à l’écriture.
Bien qu’il n’y ait pas de technique pour les interventions de l’analyste, il n’y a pas non plus de plus grande liberté pour eux que leur questionnement, que de donner leurs raisons, que de produire un script possible qui soutient leur transmission.
Ce sera le thème qui nous convoque au travail cette année : les interventions de l’analyste dans l´étoffe de l’analyse, qui est le tissu même des transferts en jeu.

Lieu, horaires, inscription
Renseignements auprès d’Enrique Tenenbaum, +5491144910237
enriten@icloud.com

Buenos Aires, Colloque

Trilce
+5491144910237

le samedi 19 octobre 2019

Intervention d’analystes

Thème de l´année 2020 :
L’autisme dans la civilisation, le malaise dans la culture.

Dates, horaires, lieu, inscription
Le samedi 19 octobre 2019 de 9h à 16h.
Pour toute information, contacter Enrique Tenenbaum +5491144910237
enriten@icloud.com