Posts Tagged: La rencontre et le temps

Paris, Colloque : La rencontre et le temps

Dimensions de la psychanalyse
dimpsy@wanadoo.fr

les 29 et 30 septembre 2018

La rencontre et le temps

Un colloque est une rencontre, en principe à plusieurs, experts, plus ou moins, ce qu’on est toujours, destiné à partager, à communiquer un savoir, une expérience, un dire si possible. Se glisse dans une rencontre sur la rencontre une récursivité vertueuse. En grec ancien on disait symposium et le symposium où Socrate défait ― disons-le ainsi comme on dit à la fois défaire un noeud et provoquer la défaite ― les conceptions sphériques de l’amour pour en suggérer la forme transférentielle comme Lacan le redécouvrit dans le séminaire sur le transfert. Une rencontre, c’est aussi bien une joute, un combat, un heurt (mais il y rentre aussi du bon heur, du kaïros stoïcien). On se rencontre pour se mesurer, dit-on. Aussi notre colloque parlera un peu de lui-même, de la rencontre qu’il veut être, en un temps où les rencontres sont devenues si rares, où de l’insulte semble prête à sourdre sitôt levées les censures que notre société s’impose encore. C’est le travail énigmatique des modérateurs masqués sur les sites de discussion, ou de convivialité. Le village mondial est rien moins que paisible. Les rencontres facilitées s’accompagnent comme exactement d’un raidissement des identités, sous le regard d’un capitalisme mondialisé qui encaisse les plus-values de ces échanges accélérées comme infiniment par les applications de rencontre qui se sont mises à pulluler. Reste aussi à déterminer si ces applications qui fixent un standard relèvent soit de la vieille fatalité d’un homme nécessairement technicien (c’est avec Babel par exemple que dans la bible se découvre cette naturalité de l’innaturalité) ?

La rencontre et le temps

Dimensions de la psychanalyse

Séminaire préparatoire au colloque d’octobre 2018

La rencontre et le temps

On veut cette année dans cette rencontre sur la rencontre s’arrêter davantage sur ce que pour la psychanalyse rencontrer peut signifier. Est-elle un art de la rencontre par où l’analysant est re-présenté au monde, l’amour alors comme horizon ? Est-elle au contraire une façon de non-rencontre en tant que l’analyste est justement autre, celui qu’on ne rencontre pas ?